L’APAC : développer les métiers de l’audiovisuel

Rencontre avec Denis Grellier, chef du SDIM, chargé de l’APAC et Nelson Tapare-Pin, chargé de mission auprès du Ministère de l’Industrie, des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises et des Métiers.

Depuis plus d’un an, l’APAC* participe au développement et à la professionnalisation de la filière audiovisuelle locale. Denis Grellier et Nelson Tapare-Pin nous en disent un peu plus sur cette aide qui permet de favoriser les productions audiovisuelles réalisées en Polynésie.

Qu’est-ce que l’APAC ?

L’APAC est une subvention de la Polynésie destinée aux professionnels de l’audiovisuel. Elle a été instaurée afin d’aider des projets de production audiovisuelle à différents niveaux : écriture, développement, production, réalisation et organisation de manifestations. Il s’agit en particulier de co-financer les budgets de production de documentaires, de fictions, de films d’animation et de clips vidéos.

Comment est-elle née ?

Le président Gaston Tong Sang avait lancé l’idée lors du FIFO 2007. On a constaté que la création audiovisuelle était relativement riche dans tous les pays du Pacifique alors qu’elle avait tendance à décroître en Polynésie. La raison d’être de cette aide est donc de redynamiser le secteur.

À qui est-elle destinée ?

À tout porteur de projet qui fait la promotion du Pays, de la richesse de son patrimoine culturel et naturel. Pour s’assurer de la qualité des projets, plusieurs conditions sont exigées, notamment avoir réalisé une œuvre équivalente et être soutenu par un diffuseur. Pour ceux qui débutent dans le métier, on demande une formation ou l’appui d’un professionnel.

Comment fonctionne-t-elle ?

Les dossiers déposés au SDIM* sont présentés à une commission consultative composée du SPAPF*, de l’ATPA*, de l’Association FIFO, de l’ICA*, des deux diffuseurs locaux TNTV et RFO, du Ministère du Tourisme, du Ministère de la Culture, de la CCISM* et de deux représentants de l’Assemblée. La commission est présidée par le Ministre de l’Industrie, des Très Petites, Petites et Moyennes Entreprises et des Métiers, qui est garant des décisions finales. 40% de l’aide sont versés à la publication de l’arrêté au Journal Officiel. À fourniture du produit fini (Master au format professionnel, budget définitif et PAD*) les 60% restants sont versés.

* SDIM : Service de Développement de l’Industrie et des Métiers

* APAC : Aide à la Production Audiovisuelle et Cinématographique

* SPAPF : Syndicat des Producteurs Audiovisuels de Polynésie Française

* ATPA : Association Tahitienne des Professionnels de l’Audiovisuel

* ICA : Institut de la Communication Audiovisuelle

* CCISM : Chambre de Commerce, d’Industrie, des Services et des Métiers

* PAD : Prêt A Diffuser, c’est-à-dire la validation du diffuseur


Quelques chiffres de l’APAC :

– Novembre 2007 : 45 millions Fcfp ont été débloqués pour 14 projets de production

– Juillet 2008 : 21 millions Fcfp pour 15 dossiers

– Novembre 2008 : plus de 25 millions Fcfp pour 8 dossiers


D’autres projets pour promouvoir les métiers de l’audiovisuel :

– En 2009, un nouveau cursus de 9 modules à l’Université de Polynésie sera mis en place pour former à différents métiers de l’audiovisuel (son, image, production, écriture de scénario, etc.). Ce « Diplôme d’Université – Métiers de l’audiovisuel » fera intervenir des professionnels de l’Institut National de l’Audiovisuel (INA). Pour plus de renseignements : www.upf.pf/formations-et-inscription.html

– Un projet de partenariat entre la Polynésie et le Centre National de la Cinématographie (CNC) est également sur les rails, afin de permettre aux producteurs locaux de bénéficier des aides du CNC.

Informations & renseignements

– SDIM
– Tel : 50 28 80

[email protected] ou www.sdim.pf

You may also like...